L'espace d'une aventure dans "L'Espace d'un An"

Le dans «livre» par Eleos
Mots-clés: , ,

"Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l'espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d'autres humains. [...]"

Voici comment le 3/4 de couverture du roman de science fiction L'Espace d'un An s'ouvre au lecteur. Personnellement, l'accroche du livre de Becky Chambers me laissait plus sceptique qu'autre chose. Il m'a fallu plusieurs articles de blogs littéraires avant d'être convaincue et de me procurer le livre. Maintenant que j'écris ce post, je me dis que c'était vraiment un bon achat.

Un livre univers

Je ne suis pas une très grande lectrice. Je passe la plupart de mon temps à feuilleter des mangas, quelques comics (dont je vous parlerais un jour, soyez en sûr) et autres bandes dessinées. Donc quand un livre m'agrippe de par son univers, j'ai tendance à l'aimer très fort.

Et la première chose qui frappe, c'est son univers. L'autrice ne possède pas un style d'écriture renversant tel un Alain Damasio, mais va puiser sa force dans des petits détails décrits avec amour ainsi que dans les différentes espèces extraterrestres que le personnage principal va rencontrer. Une forte attention est aussi apportée aux traditions de ces différentes races allant du comportement pacifique d'une partie des humains dont les ancêtres ont fui une Terre mourante, à la façon de communiquer des Aélueons, tout en remettant en question la structuration de la famille avec les Aandrisks.

Des informations données sur l'univers, il y en a beaucoup. Néanmoins, on ne se sent jamais complètement perdu car chaque élément est apporté en douceur, explicité, et souvent questionné par les membres de l'équipage.

Je me suis surprise plusieurs fois à repenser entre 2 séances de lecture à tout ce que nous donne Becky Chambers comme pistes de réflexions sur notre société actuelle en faisant des parallèles avec ces espèces extraterrestres : ce que veut dire le genre, comment prendre en considération les besoins et les différences de tous ...

Des personnages attachants

Néanmoins un livre possédant uniquement un univers très développé, c'est comme la prélogie de Star Wars, ça ne vaut pas grand chose si c'est le seul argument de l'oeuvre.

Becky Chambers nous propose donc de découvrir et cohabiter le long des 400 pages du roman les différents membres de l'équipage du Voyageur. Il est composé de personnages aux caractères plus ou moins forts, et chacun ayant une mission pour maintenir le vaisseau voler dans l'espace.

L'autrice décide de raconter l'histoire en changeant de narrateur en fonction du chapitre, procédé connu de part de nombreux lecteurs et lectrices maintenant j'imagine. Il est assez simple mais efficace : on s'identifie plus vite au personnage qui raconte l'histoire, il nous communique ses pensées, son opinion.

Donc qu'est-ce qui rend cet équipage si attachant ? Je dirais que c'est grace à son humanité (notez l'ironie). Chacun possède son bagage historique, son caractère ainsi que ces problématiques propres. Processus classique me diriez-vous, mais très bien utilisé ici. L'autrice laisse le temps pour que chaque personnage puisse se développer et se dévoiler au lecteur. Certains passages me restent encore en tete, malgré le fait que ma lecture du roman date d'il y a environ 10 mois.

Très souvent lorsque je parle de ce roman avec un ami, je remarque que nous avons des affections très distinctes en fonction des questions que ces personnages soulèvent. Les thématiques du livre, amenées par les dialogues et débats entre les personnages, semblent aussi varier en fonction du lecteur. J'ai plu tendance à voir des parallèles entre des minorités actuelles (LGBT, neuroatypie, ...) et mon ami pense à d'autres thèmes plus larges sur la communication entre individus ... même lorsque nous parlons du même passage.

Un espace avec soi-même

Et c'est peut etre ça la force du livre : C'est un "livre cocon". Il vient, il nous entoure, nous place confortablement dans un univers riche, place des personnages bienveillants, intéressants et avec lesquels nous voulons parler, interagir. Puis il nous pose une, deux ... pleins de questions. L'autrice y apporte parfois sa réponse, mais on continue tout de même d'y penser même après une séance de lecture, même après la fin du livre.

C'est difficile de mettre des mots sur ce qui définit mon ressenti, mais c'est ce qui s'est passé pour moi. Je pourrais vous citer certains défauts du livre, comme l'intrigue principale pas si interessante, que l'autrice ne développe pas certains passages ou idées, que ce livre ne révolutionne pas l'écriture, la construction d'un roman ou les thématiques abordées par la SF ... Mais il m'a laissé un vide immense à la dernière page, vide que j'ai mis de nombreux jours à combler. Depuis, je n'ai pas arrêté de le recommander à mes amis, et aujourd'hui je décide que le premier post de ce blog perso parlera de ce livre.

Conclusion d'une review pas du tout objective.

"L'Espace d'un An fait du bien, parle de plein de choses, et ouvre plein de portes et de sujets intéressants. Il n'est pas sans défaut, je ne dis pas le contraire, mais passer à côté lorsque vous avez l'occasion de le lire me parait être une terrible erreur.