Combattre le burnout scolaire - 3

Le dans «perso» par Eleos
Mots-clés: ,

Un mois a passé depuis ma dernière update. Près de 15 jours depuis mon dernier article. En effet je n'ai pas tenu le rythme que j'ai voulu m'imposer. Combattre le burnout, c'est compliqué.

La dépression et l'anxiété, ce n'est pas très fun

Je suis toujours bien suivi médicalement par des spécialistes compétents. Néanmoins, parfois ... ça ne suffit pas. Les medicaments sont là pour nous soutenir, pas nous porter. Ça ne nous empêche pas de chuter. Et se relever prends du temps. Beaucoup de temps.

Je ne vais pas vous faire la liste complète, mais pleurer, se sentir incapable, les crises ... je m'en passerais bien. Mais tu es en burnout Léonore, tu ne pouvais pas soudain refaire le monde.

Tu dois te reposer. Tu dois lâcher cette pression, cette pression qui te pousse à réussir tout ce que tu veux toucher.

Relâcher la pression

C'est difficile de mettre des mots, des origines, sur quelque chose qui me prend depuis si longtemps. Savoir s'en débarrasser, même temporairement, c'est encore plus dur.

J'ai mis de coté la majorité du travail informatique que j'avais à faire. Je me suis allongée dans mon lit. Qu'est-ce qui me fait plaisir, sans me pousser à tout faire bien.

J'ai commencé à me remettre à jouer aux jeux vidéo, et à en regarder. J'ai acquis récemment Pokemon Épée, et me fait des douces sessions d'une à deux heures confortablement dans mon lit. Je m'épuise sur Audiosurf et me passionne devant les highlights de compétitions de League Of Legends.

L'objectif est aussi de ne pas me restreindre. J'ai envie de trainer au lit un peu plus ? Fais donc. Une sieste ? Mets un petit timer de 30 minutes pour s'assurer de pas trop te décaler, mais tu peux faire ça. Envie de nouvelles fringues ? Va donc à H&M, essaye plein de choses, prends des photos dans le miroir, puis pars en ne prenant rien (oui le mois de février était short financièrement parlant, mais cette sortie m'a fait du bien).

Il faut parler, et encore mieux si possible voir des gens. Les prévenir de votre état, puis ensuite avoir des discussions positives, profiter du temps ensemble.

J'en ai profité pour écouter beaucoup de musique. Pourquoi j'ai noté celles-ci je ne saurais vous dire, mais en voici une faible partie :

J'ai aussi retenté de regarder des séries pour me détendre, m'occuper l'esprit. J'ai d'abord essayé avec Mr.Robot, mauvaise idée. Puis j'ai décidé de démarrer Kipo and The Age Of Wonderbeasts. Et hallelujah ce show m'a apporté un sourire et une joie que je ne pensais pas pouvoir retrouver.

J'ai aussi réussi à un peu lire pendant mes insomnies :

  • "Dernière Sommation" de David Dufresnes. Une grosse claque sur la violence policière depuis le début des Gilets Jaunes. C'est dur, mais romancé, rapide à lire, bien documenté et extrêmement réel. Un must read.
  • Beaucoup de pages de Homestuck. J'avoue enfin trouver mon rythme dans ce webcomic de plus de 8000 pages. Ça part dans tous les sens. Il y a des personnages que je déteste, d'autres que j'adore. Ça occupe bien la pensée

Reprendre appui

Sans se mettre de pression. Surtout, ne te relèves pas trop vite, il ne faut pas retomber.

J'ai commencé à rédiger un journal, prendre des notes chaque jour. Sur mon sommeil, ce que j'ai réussi à faire, comment j'ai gérée certains évènements. Il est parfois incomplet, mais lire a la fin de la journée "ah, mais en fait j'ai fait des choses aujourd'hui, c'est chouette" fait du bien.

J'ai réussi à coder mon premier bot Telegram. J'ai reçu de chouette retours positifs sur ce bot, et je suis assez heureuse qu'il ait aidé.

Je médite dès que je me sens un peu mal, m'allonge, et apprends à détecter les signes d'anxiété et de stress. Il n'y a pas de mal a ce que tu te reposes Léonore, tu es en burnout.

Conclusion

C'est dur. Mais ayons espoir, je vais me relever.